actu artistiques, actualités miss baba, bijoux-ligne "petits mondes", moments précieux, processus créatifs, travail en cours, vaisselle, voyages en arts

TRAVAUX DE JANVIER 2018

Le début de l’année est plus calme au niveau de l’activité des chambres d’hôtes, pour des raisons techniques liées à la réservation en ligne, qui s’avère bien plus complexe qu’annoncée.

J’en ai profité pour remettre en état l’appartement, fort sollicité par les passages.

La chambre Victor a été modifiée pour pouvoir accueillir des groupes de 2 qui ne soient pas forcément des couples. J’en ai profité pour la rendre plus confortable, en y mettant des livres pour s’occuper en fin de journée. Je l’ai repeinte, aussi, avec des peintures bio, farrow and ball … Un peu de déco, chinée … Pour en faire un vrai petit cocon …

La Chambre Hugues a subi le même traitement, parce que ces teintes me plaisent tant. Je les trouve douces, et en accord avec les couleurs qui m’entourent. Ça faisait longtemps que je cherchais des couleurs qui permettent cette communication, intérieur/extérieur. Elle est toujours dans un style marin (avec mes bateaux aux murs, et j’attends d’avoir un moment pour cuire des pièces plus grosses … et les y mettre …), avec une belle bd d’histoires maritimes …

La Chambre Côme a suivi, ce n’était pas au programme, mais ce n’était plus très cohérent avec le reste de l’appartement…. J’attends que le photographe passe à nouveau, mais je ne résiste pas à l’envie de vous dire qu’elle est dans des tons chauds, très cocon, cosy, … Du jaune, et du terracotta … C’est doux, bien …. avec plein de livres dans la thématique artistique

Et comme j’étais toujours aussi amoureuse de cette peinture, j’ai aussi repeint la salle de bain du haut en noir profond. Avec les carreaux blancs, anciens, abîmés, c’est bien plus contemporain. On attend le photographe, pour ça, aussi …

Les recherches d’ambiance ont été mises sur mon pinterest et sur mon instagram, si cela vous intéresse … Parce que je pense que nous sommes quelques uns à aimer matières couleurs, et ambiances ! En tous cas, il y en a quelques uns qui me suivent !!!!

Je pense que je commence à voir le bout des travaux, et que je vais enfin pouvoir me mettre à faire une grosse commande de vaisselle sur mesure, prise en décembre … Poursuivre mon travail sur la ligne de bijoux (et les sculptures qui se présentent dans ce travail : je crois bien que je vais en faire une énorme ….. ) ….

 

 

 

actualités miss baba, goldberg, haute vaisselle, processus créatifs, vaisselle

Février 2018, nouveauté en vaisselle !

J’ai récupéré toutes les pièces de la série sur les Variations Golberg qui avaient été mises en vente au Musée Wurth, en novembre et décembre derniers, pour le festival de Piano.

Elles vont servir à nos petits déjeuners, sur fond musical. Elles sont aussi en vente à la maison.

Certaines variations sont relativement sages, mais il y a des pièces transversales, telles des lignes de basse, ou des harmonies, qui ont été travaillées avec le souhait de faire apparaître la beauté brute de la porcelaine, ses craquèlements,ses déchirures, ses bourrelets et les éclatements qui en résultent.

J’ai également intégré de la porcelaine teintée dans la masse, en noir, et l’ai travaillée pour faire apparaître un thème minéral, brut, qui vient réveiller le côté sage.

J’aime beaucoup l’ensemble, et le fait de pouvoir jouer avec des combinaisons, qui restent toujours harmonieuses.

Bref : c’est une vraie vaisselle pour jouer ! Une vaisselle à caresser… Une vaisselle à regarder, sans se lasser ….

actu artistiques, découvertes d'artiste, processus créatifs, voyages en arts

Baba de voyages en art …. la vie en dehors de ma chambre d’hôte

Derniers jours à la Documenta 14, sur son site de Kassel : cette semaine j’ai mis les bouts … ma chambre d’hôte est un peu prenante, et un peu de voyage en art, hors Colmar, devenait urgent.

Je le confesse, je suis un ours. Je n’aime pas la dispersion,  quant aux écrans : encore moins. Mais j’ai la chance de faire de nombreuses rencontres, avec des gens qui ont des centres d’intérêt connexes aux miens. L’une de ces personnes, venue à la maison pour le festival de musique classique de juillet continuait son voyage à Kassel, pour la Documenta. Dont je n’avais jamais entendu parler.

Un petit peu loin de Colmar, mais faisable… un besoin d’aérer mes méninges… De faire un « voyage en arts« , un de plus … Une amie, toujours partante… Et tant de reportages sur tous les blogs branchés art et culture, sur Arte, aussi.

Cette manifestation a lieu tous les 5 ans, depuis la deuxième guerre mondiale. Cette année, sa taille était particulièrement importante (160 artistes !), puisqu’elle se déploie dans deux villes européennes : Kassel, en Allemagne, et Athènes. J’aurai beaucoup aimé faire les deux, et pouvoir comparer les regards ; c’est toutefois dense, très dense, en émotions, en langages, en messages … J’avais pourtant visé la fin de cette édition, et laissé défiler le monde durant l’été, avant de venir y glisser mon nez.

La ville est gorgée d’art, quel que soit l’endroit où vous laissez vos yeux se poser : le clocher d’une église, les hauts des bâtiments, les vitrines, les rues, les places bien sur, les jardins, la gare, des entrepôts, les musées et lieux d’expositions, plus attendus, …

Je ne sais pas faire du discours, sur l’art. Et ça ne m’intéresse que très peu, ça tombe bien.

Je crois que j’y ai aimé les gens qui regardent, puis se regardent et se voient, comme si tout à coup ceux qui y étaient, étaient de ceux qui ont des yeux. Dans une société de relations virtuelles, de distance, de ruptures, créer cette capacité au regard, à la reconnaissance de l’altérité et éventuellement à son acceptation, voire pourquoi pas à du plaisir dans le constat de cette altérité est pour moi, éternelle petite souris, le fait marquant mon expérience de la documenta.

J’y ai aimé aussi la connexion à des pratiques primitives, les références aux peuples anciens. Leur sophistication, les thèmes et leur universalité. Leur intemporalité, notamment sur la question de l’exode, et celle de l’invasion. J’ai aimé voir les artistes poursuivre des travaux commencés de longue date, et faire avancer nos regards, les adapter à aujourd’hui. Porter des messages de temps, de patience. De récurrence. De connexion à une dimension spirituelle, quelle qu’elle soit, au-delà des jeux politiques et des questions de pouvoir. De transmission.

J’y ai aimé enfin tous les espaces d’expression se nourrissant de plusieurs disciplines. Cette installation de coques de bateaux, usées, transformées en immenses instruments de musique, forcément . Avec des cordes de piano, en plus ; (et que j’ai haï l’interdiction de jouer, si dissonante par rapport à l’intention initiale…) Une autre, parlant aussi à la part de moi qui s’intéressa aux filières de production de biens sophistiqués, et à celle qui aime la mer et ses bateaux, tant et tant. J’aurai bien volé un lingot de fonte, rouillé, pour continuer le travail à partir de leur forme … de leur texture… de leur couleur.

J’ai aimé ces partitions déclinées, tous azimuts, et leurs graphismes parfaits presque devenus alphabets …

Puis je suis partie retrouver le calme de Colmar, et ceux que j’aime, comme on peut, comme on veut, riche, plus riche encore, de tout cela …

Vive les teutons. les grecs. Et les autres.  🙂 Allez y. C’est jusqu’au 17 et cela justifie de sécher le boulot, les cours, et tout le reste …

 

 

découvertes d'artiste, processus créatifs

Découverte : Neal Badache et ses photographies, de passage à la maison …

Saba 009

Nous avons la chance de vivre un moment, chez moi, avec un photographe qui fait, avec sa compagne Bénédicte, des reportages sur les minorités.

Je voulais partager cela avec vous pour plusieurs raisons.

La première est parce que leur contenu me touche. Il aborde la question des minorités à travers le monde, les cultures, les religions, dans des civilisations urbanisées, ou plus rurales.

La deuxième raison est mon admiration pour la qualité de la démarche qu’ils mettent en oeuvre pour pouvoir prendre de si belles photos de personnes qu’on voit peu dans le monde de l’image. De la patience, des relations lentement construites, pour que tout à coup un appareil photo puisse être sorti, sans modifier le cours des choses : je crois que le fait d’entendre l’envers du décor m’en a fait apprécier la face visible.

J’ai particulièrement aimé son reportage sur Mea Shearim, et tous ces visages d’hommes, d’enfants, de femme. Cette foule…

Celui sur Dhobi Ghat est également très surprenant, avec cette eau, au milieu de la ville; ces formes carrées vue de haut ; ces mélanges de ville et de textile/doux/dur/souple/rigide etc. Et ces couleurs. Et ces visages, graves. Ces corps.

Je vais revoir celui sur les gardiens de Saba demain. Les couleurs, surtout ce rose, m’ont beaucoup plu …. et ces visages !!!!

Bref. « Linked by art » qu’elle dit. Je vous laisse découvrir cette belle pépite …

 

actu artistiques, découvertes d'artiste, goldberg, processus créatifs, travail en cours, vaisselle, voyages en arts

Série Variations Goldberg

Voici un ensemble de ma série sur les variations Goldberg.

Je le décline en ce moment dans de nouvelles formes, tailles. Je trouve qu’il s’accorde bien avec des pièces plus brutes, moins policées …

Il est en vente à la Fondation Würth en ce moment, pour le Festival de Piano et d’autres pièces seront vendue chez moi en décembre prochain. Et bien sûr, dans ma chambre d’hôte « arty », nous prendrons les petits déjeuners dans cette série, en décembre également … Autant vous dire que mes mains sont bien occupées en ce moment …. Sur fond de piano, bien sûr !

Il est presque aussi beau que de la vaisselle de chez ikea  ( 🙂 ), et il passe même au lave vaisselle !!!!! Cette variation été faite en trempant des compresses de gaze dans une engobe noire, et en les posant sur un fond aquarellé… Il y a un mélange de lisse et de brut, et un jeu, entre la porcelaine et le trait de crayon.

Bref, pas d’ennui en perspective…. un excellent objet du quotidien, connecté à vous même !!

IMG_20170329_140521_421