ateliers

les suites de l’atelier libre découverte d’Arielle et sa copine de Bretagne

VOUS TROUVEREZ ICI UNE PRESENTATION DES ATELIERS LIBRE DECOUVERTE

Elles passaient des vacances ensemble, et ont pu dégager une demie journée pour découvrir la porcelaine, sans se prendre la tête ni s’engager pour une année.

Elles sont donc arrivées un matin, tout sourire… Avec l’envie de faire des vases un peu originaux. Elles ont décidé de travailler sur le même projet de vases à accrocher aux murs, …..

Pour l’instant leurs pièces n’ont subi qu’une cuisson. Je vais encore en émailler l’intérieur et les recuire à 1260 degrés. Elles auront alors seulement atteint leur texture et couleur finale…

cliquez ici pour voir le résultat filmé…. Sur ma chaine youtube ….

 

ateliers

Comment j'ai appris à survivre en terrain sensible

Comment j'ai réussi à survivre en terrain sensible

J’imagine qu’avec un titre de ce type vous espérez me voir en tenue de Rambo dans la jungle alsacienne (le Ried), avec mon couteau entre les dents. Que non pas. Vous ne verrez rien.

J’avais envie de vous raconter comment je joue, depuis quelques années, à faire des boites, et pourquoi.

En 2015 j’ai eu la chance de rendre visite à un sculpteur (Anton Reijinders) dont j’apprécie le travail, pour sa sobriété et son efficacité. Sa sensibilité. Son rapport aux formes, et aux matières.

Nous allions passer quelques jours à Amsterdam avec des amis. Je cherchais tous azimuts des lieux où son travail était exposé, puisque je le savais habitant à proximité. Je ne trouvais rien, et cela m’agaçait… J’en échange avec ces amis, qui me suggèrent de le contacter. C’est très difficile, pour moi, de faire cela …. Bref, nuit d’insomnie, puis je me lance, envoie un petit mail, via un formulaire de contact et bingo !! Ce monsieur répond, et me propose un rendez vous dans son atelier, à Hertogenbosch, ville native de Jérôme Bosch. Et nous voilà partis !!!

Tout son travail est organisé autour de dialogues qu’il a avec des formes et des matières qu’il rencontre sur son chemin. Par exemple, s’il trouve une chaussette dans la rue, et qu’elle lui plait, il engage ce dialogue (mais oui, et si vous voyiez le résultat, c’est d’une poésie et d’une sensualité… Moi, les chaussettes, a priori … Bref. Superbe.)… Ou une poire, un fût de canon, un gravier etc. Puis à partir de la forme ou de la matière qui l’inspire, il engage alors un travail de recherche, déclinant la taille, les matières, les couleurs, puis  il les assemble, dans un espace dans lequel il fait intervenir des vides, des pleins, etc.

Il m’explique donc tout cela, tout charmant et passionné qu’il est, puis je rentre dans mon fond de Colmar, avec toujours une petite envie de rire et de me réjouir de ce qui m’arrive. Et en bécasse que je suis, en ayant ASSEZ de ranger mon thé dans des boites industrielles, et désœuvrée de mes mains, je me mets à faire des boites en porcelaine, pour les offrir.

Et me voilà partie. Au début, je suis sérieuse, appliquée. J’en fais une, deux, trois. Puis cette bande de rigolotes commencent elles aussi à me raconter des histoires, comme les chaussettes d’Anton. Je leur fais subir les pires traitements (chutes, coups de chaussure ou de rouleau à pâtisserie, comme Ma Dalton…)… Et elles deviennent… La boite à théfatigué… La boite à théconforme… La boite à thédélicate… Etc…

J’en ai fait dix, cette fois là. Elles ont plu. Puis j’ai poursuivi, encore et encore, à chaque fois qu’il se passe quelque chose qui m’inspire : les réussites de mes fils, les gens que je croise dans la rue, mes envies de mer et de glace en pot, etc. C’est sans fin. Aujourd’hui, il y en a aux USA, en Suisse, un peu partout …

Et j’avoue que c’est magique. En s’incarnant dans une boite, et en jouant avec cela, la vie devient légère, et la beauté émerge, du banal comme du tragique.

Il m’arrive aussi de les montrer. Et une deuxième magie s’opère : elles rencontrent des gens qui sont dans l’histoire qui a présidé à leur création.

Alors moi, petite souris, je ris.

Voilà, c’est pour cela que j’ai crée un atelier BOITATOUT . J’avais envie de partager cette découverte, et de faire ce voyage en art avec d’autres personnes …. pour continuer ma vie de petite souris …

réservez par mail : aurelia.barraux@gmail.com

 

ateliers

Comment j’ai cessé d’apprendre tout ce dont je n’ai pas besoin …..

Comment j'ai cessé d'apprendre tout ce dont je n'ai pas besoinJe ris déjà, dans mon coin, avec un titre de ce genre. Quelle crâneuse je suis, moi qui ai passé tant d’années à apprendre les choses les plus improbables, de manière studieuse, appliquée. Je ne vais pas en faire la liste. Enfin, quand-même, garder ça caché, c’est un peu comme laisser un musée fermé, parce que les pièces contenues sont vieilles, usées, passées.

Alors oui, j’avoue.

J’avoue avoir appris les systèmes d’armes américains (en english), la navigation avec une vieille règle de Cras, les nœuds de marins et l’histoire des batailles navales (par le type le plus passionnant et passionné que j’aie connu), le solfège (par une vraie sorcière), le step (par une diva), l’électronique (par un monsieur très charmant et catastrophé de mon niveau), les chants militaires (oh oh oh, je vous passe l’image), la radio goniométrie (par un type rond comme l’écran), la gestion financière (triste, ce type), l’histoire des idées politiques (plutôt vert, lui, sous la poussière), la pédagogie, l’histoire de la pensée nord américaine (et en anglais, plize) … le droit public (mon dieu le costume gris, à bannir), la note de synthèse juridique (bof, faisandé), le saxophone (lui était drôle…), … j’en ris encore ….

J’avoue avoir été intéressée dans tout ce qui ne paraissait pas important. Ma technique ? Investir tous les petits coefficients des formations, laisser tomber les matières transmises par des loosers, de manière médiocre (et il y en a plein), et m’abandonner dans ces cadeaux qui venaient à moi, et m’y vautrer, telle la chate au soleil… Et dans le fond, toutes ces petites choses insignifiantes et inutiles socialement, qu’est-ce qu’elles m’ont marquées. Plus que tous les trucs « sérieux ».

Puis un jour, j’ai fait l’expérience de trop. L’école de trop. Les cours vides, de trop. La souffrance qui en résulte, de trop. Le prof malveillant et nul, de trop. Le directeur et ses histoires de minable, de trop.

Et j’ai pris le large, pour ne plus suivre que mon courant. Sans consommer des savoirs. En utilisant. En écoutant. En regardant.

L’idée est celle-là, et elle s’adresse pourquoi pas à tous ceux qui apprennent de manière compulsive, avec angoisse, et la tête pleine, la nuit, qui tourne et tourne en rond…

L’idée est de ralentir son rythme physique. Parce qu’alors ne subsiste que la sur activité mentale. Puis ralentir l’hyperactivité mentale en ne s’autorisant que ce qui donnera le jour à quelque chose d’incarné. Pas un ongle. Non. Exemple. Mon projet de cette année est autour des variations Goldberg. Je sors, je lis, j’écoute, je reçois des gens chez moi, en lien avec ce travail. Puis je crée une ligne de vaisselle, en lien avec cela. J’organise un repas, autour de cela … Autre exemple. Le foyer, la maison, la protection sont des projets de l’an passé. Je lis, regarde, fais des recherches, rencontre des gens, toutes approches confondues. Puis je fais une sculpture. Puis un atelier, pour transmettre à d’autres personnes ce que j’ai appris … puis j’écris, ce qui se passe, chez moi ….

Magique. Je continue d’apprendre, peut être plus que jamais, mais à présent il n’y a plus une once d’inutilité dans ma démarche.

Mes projets sont devenus mes systèmes complexes préférés, et ils attirent à moi un niveau relationnel jamais égalé. On me demande si j’en vis.

Oui. Pour la première fois. Et mieux que jamais.

De mes expériences j’ai créé des ateliers qui sont des temps durant lesquels je transmets cette expérience soit à des novices de la création artistique, soit à des personnes en ayant une sensibilité affirmée.

J’ai vu tant de gens croire que ce qui leur était proposé les menait quelque part, et n’avoir rien au bout, que j’ai pensé que ma méthode valait celle des autres.

Chez moi on fait des pièces en 4 heures, et elles sont finies.

Je les ai vus apprendre tant de techniques inutiles, que je propose un autre angle d’attaque : nous ne partons pas d’une technique, mais d’un sujet.

Et j’ai entendu tant de morceaux de musique joués sans émotion, vu tant de sculptures sans émotion, vu tant de peintures sans émotion (et dans les musées aussi), que le point de départ est votre émotion.

Mes ateliers sont donc tout sauf ceux organisés par les musées, les écoles, les potiers, parce que le cœur de ce temps, ce sera vous, vos émotions, vos questionnements Mon but n’est pas de faire de vous un être dépendant à vie de mes propositions, mais un être libre, capable d’autonomie dans son approche artistique.

 

ateliers

Des nouvelles de l'atelier youandme de Jérôme et Cécile

Jérôme et Cécile sont venus faire un atelier « youandme » autour d’un temps de convivialité à deux. Il s’agissait de faire à quatre mains un ensemble de vaisselle pour leurs apéros, pour les petites choses qu’ils servent alors. Cécile a travaillé autour de dips qu’elle aime servir, et Jérôme autour d’olives dont on ne sait jamais trop que faire avec les noyaux. Ils n’avaient jamais travaillé la terre. Je ne suis pas intervenue sur leurs pièces. J’ai mis à leur disposition mes recherches, mais elles ont été peu utilisées. La terre travaillée est brune pour l’instant, mais sera noire lorsqu’elle aura été cuite à 1260 degrés.

Voici donc leurs résultats, crus, et secs à présents. Entre la taille constatée et le résultat final, et va y avoir une diminution de 15 % environ… ici les pièces de Cécile, ici celles de Jérôme ….

C’est eux qui m’ont faite découvrir ce peintre Suisse, Hodler, et je vous glisse juste cela pour le bonheur de ses couleurs :

img-20170220-wa0003

ateliers

Les Missbabateliers -"boitatout"

Voilà les boitatout qui sèchent, et ont été faites la semaine passée…. Des premiers ateliers fort agréables qui nous ont permis de réaliser des pièces en quelques heures (deux boites et deux cuillères chacune, minimum)…. j’attends encore d’autres personnes intéressées, tout en songeant à ma prochaine proposition… Probablement construite sur deux séances … Une de préparation du support, et une de décoration !!!!

Merci à mes Missbabacobayes aux longs poils !!!!!!

ateliers

Boitatout

20160916_105126

20160916_105147

boite à thé et sa petite sœur, la boitasel…

20160918_114518

D’autres délires du même genre… la boitatébonenmaths, la boitatéfatigué, et une boitatéconforme….. Voir mon travail, sur pinterest ….

Toutes ces boites sont en porcelaine, cuite à 1260 degrés. Elles sont à vendre (30 euros pièce, parce que ça prend beaucoup de temps de les fabriquer, et les matériaux sont chers….), ou à échanger ! Je peux aussi vous en faire qui soient personnalisées, empilables, avec ou sans cuillères …
Lire la suite « Boitatout »