actu artistiques, découvertes d'artiste, voyages en arts

« L’industrie magnifique » in Strasbourg from May 3rd to May 13th

English text at the end

Je suis « un peu » fascinée par les questions liées à l’industrialisation, tant d’un point de vue politique (=comment l’accompagner, pourquoi, quelle pertinence, quelle régulation, quels apprentissages, quels gains sociétaux, etc), que d’un point de vue plastique (les sites, les friches, les sons, les matières, les corps confrontés à cela) …

Je trouve cette idée : d’ENFER.

Il me tarde de voir ce que des artistes en ont fait, ce qu’ils en disent, surtout.

« Magnifique »

Il me tarde. 😊😊😊
———————————–

If you come to Europe for culture, just don’t forget that part of it, here, is the industrial revolution.

A major social change, most important in today’s european society (very important in french hospitals, and also in the way we deal with a population growing old), still visible, and its stigmates, too.
A challenge, for the 21st century.

In Strasbourg soon you can see the work of some artists who have been working on industry (local ones). (so maybe : just don’t stop just for alsacian houses of the middle ages, because there has been a very interesting life after too)(😊)

Here is the FB page of this exhibition in different places of Strasbourg : https://www.facebook.com/industriemagnifique/

actu artistiques, actualités miss baba, voyages en arts

Avril-April 2018 : besoin d’idées ??? Do you need ideas???

Que faire à Colmar en avril mai 2018 ?

What can you do in Colmar in april may 2018 ?

 

  1. J’ai fait des programmes type, que vous trouvez détaillés dans l’onglet « ideas »- Il y en a pour tous les goûts, je pense. Des lieux, des moments, des cartes ….

I have tried to make typical programs of things you can do here, out of the usual things. Moment, maps, ideas … 

2. Quoi de neuf chez miss bABa au printemps 2018 ?? And at miss bABa’s, what’s new for spring 2018 ???

 

actu artistiques, actualités miss baba, bijoux-ligne "petits mondes", moments précieux, processus créatifs, travail en cours, vaisselle, voyages en arts

TRAVAUX DE JANVIER 2018

Le début de l’année est plus calme au niveau de l’activité des chambres d’hôtes, pour des raisons techniques liées à la réservation en ligne, qui s’avère bien plus complexe qu’annoncée.

J’en ai profité pour remettre en état l’appartement, fort sollicité par les passages.

La chambre Victor a été modifiée pour pouvoir accueillir des groupes de 2 qui ne soient pas forcément des couples. J’en ai profité pour la rendre plus confortable, en y mettant des livres pour s’occuper en fin de journée. Je l’ai repeinte, aussi, avec des peintures bio, farrow and ball … Un peu de déco, chinée … Pour en faire un vrai petit cocon …

La Chambre Hugues a subi le même traitement, parce que ces teintes me plaisent tant. Je les trouve douces, et en accord avec les couleurs qui m’entourent. Ça faisait longtemps que je cherchais des couleurs qui permettent cette communication, intérieur/extérieur. Elle est toujours dans un style marin (avec mes bateaux aux murs, et j’attends d’avoir un moment pour cuire des pièces plus grosses … et les y mettre …), avec une belle bd d’histoires maritimes …

La Chambre Côme a suivi, ce n’était pas au programme, mais ce n’était plus très cohérent avec le reste de l’appartement…. J’attends que le photographe passe à nouveau, mais je ne résiste pas à l’envie de vous dire qu’elle est dans des tons chauds, très cocon, cosy, … Du jaune, et du terracotta … C’est doux, bien …. avec plein de livres dans la thématique artistique

Et comme j’étais toujours aussi amoureuse de cette peinture, j’ai aussi repeint la salle de bain du haut en noir profond. Avec les carreaux blancs, anciens, abîmés, c’est bien plus contemporain. On attend le photographe, pour ça, aussi …

Les recherches d’ambiance ont été mises sur mon pinterest et sur mon instagram, si cela vous intéresse … Parce que je pense que nous sommes quelques uns à aimer matières couleurs, et ambiances ! En tous cas, il y en a quelques uns qui me suivent !!!!

Je pense que je commence à voir le bout des travaux, et que je vais enfin pouvoir me mettre à faire une grosse commande de vaisselle sur mesure, prise en décembre … Poursuivre mon travail sur la ligne de bijoux (et les sculptures qui se présentent dans ce travail : je crois bien que je vais en faire une énorme ….. ) ….

 

 

 

actu artistiques, découvertes d'artiste, moments précieux, voyages en arts

Hélène de Beauvoir au Musée Wurth, à Erstein : comme toujours, du beau et de l’intéressant …

Une belle exposition commence pour quelques mois au Musée Wurth d’Erstein.

La proposition qui y est faite est atypique. Nous nous étions habitués aux œuvres de leur collection, qui venaient à Erstein dans un parcours international.

Pour les 10 ans du Musée, une artiste qui a habité à Goxwiller a été choisie. Je l’ai découverte à cette occasion, grâce à une présentation très variée de son oeuvre.

Il s’agit d’Helène de Beauvoir, artiste du XX eme siècle.

J’ai beaucoup aimé son approche des couleurs, douces, sur des thèmes violents. Je me suis même demandé si ces couleurs ne sont pas plus adaptées à ces sujets.

Et je continue de me demander qui a mis des mots de ce type, sur les couleurs (les couleurs « criardes », « violentes », « douces » etc). Parce qu’en fait, je ne suis plus certaine du tout de la correspondance entre les mots, et les émotions ressenties. Bon. Ça parle de violence, en pastel, et c’est juste, visuellement.

Ses compositions sont belles, même sur des thèmes qui me sont éloignés (les paysages, les scènes de récolte). Il y avait aussi une gravure sur de l’altuglas. Des traits, qui dansent dans la lumière ….

Puis le contexte politique et social dans lequel elle évolue, présent en filigranne, dans toute l’oeuvre. Sa sœur, évidemment. Et son engagement pour la cause féministe.

A découvrir, sans hésiter…

 

actu artistiques, voyages en arts

De belles expositions en cours ou à venir … en ce moment ….

Je viens de récupérer mes pièces de la ligne des Variations Golberg, qui étaient en vente dans la boutique de la Fondation Wurth, à Erstein. Il s’y prépare une belle exposition, pour fêter des 10 ans de la Fondation, et il me tarde d’aller voir cela. C’est Hélène de Beauvoir qui a été choisie.

Ce sera une rétrospective, l’artiste ayant vécu quelques dizaines d’années, juste à côté d’Erstein, à Goxwiller. Le choix de la présentation du travail de cette artiste est de mettre en miroir son travail et celui de sa sœur, en littérature, et de les situer dans le contexte politique de l’époque (féminisme).

Voici le lien, ici …

Il y a aussi une exposition à Colmar sur Joseph Beys, à l’espace Malraux … « Le murmure des ombres » … Déjà présenté il y a deux ans à la Galerie Jean-François Kayser, à Strasbourg, … Vous trouverez la page facebook de ce lieu d’exposition d’art contemporain, situé dans Colmar, en cliquant ici.  

Pour finir il me tarde de faire un petit tour à Strasbourg au 25, rue des Veaux, voir le travail de Jérôme Pergolesi, présenté à la Galerie la Pierre Large … De la photo, et plus … Prometteur …

 

 

 

 

actu artistiques, voyages en arts

A stunning place, not far away, worth going to … Un endroit ébouriffant, pas très loin !!!

De retour de Volklingen, en Saar, 2 h 30 de route au nord de Colmar… Où je suis allée voir une Biennale d’Art Urbain, au cœur d’un site industriel classé par l’UNESCO. Mes photos ne vous permettront peut -être pas de comprendre l’ampleur du site, son gigantisme. Je le pense exceptionnel et fascinant du point de vue de l’histoire de l’industrie, et de l’organisation du travail. L’impact de l’activité industrielle dans son environnement est également impressionnant, sidérant. Le fait d’héberger sur ce site une biennale d’art urbain, de friche, était un plus. Assez chahutant d’un point de vue artistique… Peut-être parce que nous y sommes moins habitués, ou du moins, moins habitués à cette forme d’art. Comme si, encore une fois, nous étions bien formatés. Bref, aller à Kassel, ou dans une fondation d’art, c’est assez confortable, facile. Aller à Volklingen vous questionne, sur vous même, sur les œuvres, leur contexte, la beauté, brute … Sur ce qu’est l’art, et vous aussi, au milieu de cela.
Pas mal … 


I’m just back from Völklingen, which is a 2 hour and a half drive north from Colmar. There was a event, on urban art, in an industrial site from the XXth century, classified world heritage with UNESCO. My pictures might not allow you to understand the size of this site, huge. I think it is the first one of this size that I can visit from the inside ; it is fascinating for history of industry, history of techniques (king size ones, not the ones you see on today’s industrial sites), and on work organisation (and you can imagine the social one, behind …In this industry, they have organised an urban art event, which was very interesting. Strange, for those who are used to see art in places such as art fondations, or museums, galeries… Because neither are you used to this type of place, and nore to considering these works as pieces of art… But still… They are… Many questions arise, facing this : your own reactions, at least mine, the way you’re influenced by a context, beauty, art, and you, in the middle of this … Not bad ! 😊

actu artistiques, découvertes d'artiste, processus créatifs, voyages en arts

Baba de voyages en art …. la vie en dehors de ma chambre d’hôte

Derniers jours à la Documenta 14, sur son site de Kassel : cette semaine j’ai mis les bouts … ma chambre d’hôte est un peu prenante, et un peu de voyage en art, hors Colmar, devenait urgent.

Je le confesse, je suis un ours. Je n’aime pas la dispersion,  quant aux écrans : encore moins. Mais j’ai la chance de faire de nombreuses rencontres, avec des gens qui ont des centres d’intérêt connexes aux miens. L’une de ces personnes, venue à la maison pour le festival de musique classique de juillet continuait son voyage à Kassel, pour la Documenta. Dont je n’avais jamais entendu parler.

Un petit peu loin de Colmar, mais faisable… un besoin d’aérer mes méninges… De faire un « voyage en arts« , un de plus … Une amie, toujours partante… Et tant de reportages sur tous les blogs branchés art et culture, sur Arte, aussi.

Cette manifestation a lieu tous les 5 ans, depuis la deuxième guerre mondiale. Cette année, sa taille était particulièrement importante (160 artistes !), puisqu’elle se déploie dans deux villes européennes : Kassel, en Allemagne, et Athènes. J’aurai beaucoup aimé faire les deux, et pouvoir comparer les regards ; c’est toutefois dense, très dense, en émotions, en langages, en messages … J’avais pourtant visé la fin de cette édition, et laissé défiler le monde durant l’été, avant de venir y glisser mon nez.

La ville est gorgée d’art, quel que soit l’endroit où vous laissez vos yeux se poser : le clocher d’une église, les hauts des bâtiments, les vitrines, les rues, les places bien sur, les jardins, la gare, des entrepôts, les musées et lieux d’expositions, plus attendus, …

Je ne sais pas faire du discours, sur l’art. Et ça ne m’intéresse que très peu, ça tombe bien.

Je crois que j’y ai aimé les gens qui regardent, puis se regardent et se voient, comme si tout à coup ceux qui y étaient, étaient de ceux qui ont des yeux. Dans une société de relations virtuelles, de distance, de ruptures, créer cette capacité au regard, à la reconnaissance de l’altérité et éventuellement à son acceptation, voire pourquoi pas à du plaisir dans le constat de cette altérité est pour moi, éternelle petite souris, le fait marquant mon expérience de la documenta.

J’y ai aimé aussi la connexion à des pratiques primitives, les références aux peuples anciens. Leur sophistication, les thèmes et leur universalité. Leur intemporalité, notamment sur la question de l’exode, et celle de l’invasion. J’ai aimé voir les artistes poursuivre des travaux commencés de longue date, et faire avancer nos regards, les adapter à aujourd’hui. Porter des messages de temps, de patience. De récurrence. De connexion à une dimension spirituelle, quelle qu’elle soit, au-delà des jeux politiques et des questions de pouvoir. De transmission.

J’y ai aimé enfin tous les espaces d’expression se nourrissant de plusieurs disciplines. Cette installation de coques de bateaux, usées, transformées en immenses instruments de musique, forcément . Avec des cordes de piano, en plus ; (et que j’ai haï l’interdiction de jouer, si dissonante par rapport à l’intention initiale…) Une autre, parlant aussi à la part de moi qui s’intéressa aux filières de production de biens sophistiqués, et à celle qui aime la mer et ses bateaux, tant et tant. J’aurai bien volé un lingot de fonte, rouillé, pour continuer le travail à partir de leur forme … de leur texture… de leur couleur.

J’ai aimé ces partitions déclinées, tous azimuts, et leurs graphismes parfaits presque devenus alphabets …

Puis je suis partie retrouver le calme de Colmar, et ceux que j’aime, comme on peut, comme on veut, riche, plus riche encore, de tout cela …

Vive les teutons. les grecs. Et les autres.  🙂 Allez y. C’est jusqu’au 17 et cela justifie de sécher le boulot, les cours, et tout le reste …