Non classifié(e), travail en cours

Exposition Karpff : une proposition artistique qui fait du bien, au Musée Unterlinden

Hier j’étais en répétition pour une pièce qui se prépare et dans laquelle je joue avec plein de petits copains, en principe en juin. Voilà, j’ai donc vite voulu mettre un petit article sur le blog, sur cette belle exposition que Viktoria a contribué à concevoir, et qui va animer le bout de ma rue durant le printemps (jusqu’au 19 juin), mais mon réseau chaotique a eu un hoquet, et tout a disparu au moment où je devais partir…

Voilà donc une belle exposition qui fait du bien aux yeux, et au cœur. A priori, pas très fan du portrait, la miss bABa. Pas fan de l’époque, les empereurs bof, les impératrices bof, … A part un cadre juridique qui a le mérite d’exister mais qui n’est à nouveau que maîtrisé par les élites, et puis des guerres, bref. Je n’avais même pas l’intention d’y traîner mes vieilles ballerines.

J’y vais donc parce que je suis invitée, et qu’une personne qui fait de la restauration et travaille en arts graphiques pour le musée depuis longtemps, m’en parle. Le discours sur un artiste « Colmarien » ne m’émeut pas, … Mais « arts graphiques », ha! tiens! des traits?? des gribouillages ? Des points, des creux, de pleins… et du dessin tout petit, fait à la loupe?? moi qui rêve de graph, et de tagger mes murs… Pourquoi pas, c’est extrême, aussi, la miniature…!

Et me voilà, après une montagne de discours (la prochaine fois je viens une heure plus tard, quelle nulle), …

C’est tout d’abord une exposition très bien agencée, avec des alcôves pour l’intimité avec ces corps et ces visages pleins de douceur, de fierté, d’amour, de quant à soi, … D’amusement, aussi, face à l’exercice. C’est surtout une immersion dans un monde que l’équipe qui a travaillé autour de ce projet a voulu partager, et nous faire aimer. Un monde dans lequel on a un portrait d’une personne qu’on aime, en médaillon, sur une boite précieuse, ou dans un espace plus public. Les expressions ne sont pas celles de la séduction, mais celles de l’attachement. Les corps sont beaux mais vrais, imparfaits. Des robes, que je volerai bien, mises en scène dans des couleurs qui sont celles des tableaux, sans être trop présentes, viennent en appui à la présentation globale.

Pas mal, quand même. Je vais y retourner, à un moment tranquille.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *