Non classifié(e), travail en cours

Les limites …

Ce travail a pour objet de créer une ligne de vaisselle, ce que j’aime bien faire.

J’en ai deux autres en cours (pour mes fils, branchés sciences ) … Et ma ligne personnelle, aussi (« contradictions », voir mon pinterest) … Puis celle crée pour Jérôme et Cécile, la ligne « chino suisse » (voir pinterest).

En me déplaçant entre l’Alsace, l’Allemagne et la Suisse, je trouvais que les lignes qui partagent la terre et le ciel étaient très belles, et si propres à l’est. Puis en étant un peu obsédée par ces lignes, j’ai regardé le sol, et celles formées par le goudron ….

Je suis ensuite « tombée » sur une série faite par Fabienne Verdier au retour d’un voyage en Norvège, qui en avait traduit le relief en calligraphie. L’idée d’un relief, se résumant à un trait, fait avec son souffle et son énergie, m’a séduite… c’était très « barthien »…

Puis les traits de William van de Welde, dans ses marines

noires et blanches m’ont semblé particulièrement expressifs de la fragilité de ces limites (chez lui, entre la mer et le ciel), et leur stabilité, malgré les apparences… des BD, avant l’heure…

Alors je travaille sur une ligne de vaisselle, de l’Est, parce que ces lieux disent plus, pour moi, que tout ce que j’y trouve. Une ligne qui puisse me permettre de m’asseoir, à table, et de partager des moments de solidité, ou de fragilité…

Les formes sont au four, pour la première cuisson…. Vivement la réalisation des décors…