0658121783 (whatsapp) aurelia@missbaba.fr
oiseaux punks de colmar

Bonjour à tous !

Je reviens vers vous en ce milieu du mois de janvier avec de nouveaux projets en cours.

Les Oiseaux Punks de Colmar version 2021 ont mangé trop de bredele (les petits fours locaux) à Noel. Ils sont devenus tous ronds ! Je me suis aperçue ce matin que je ne vous avais jamais raconté leur histoire, ni la raison de leur existence.

J’ai du faire ça ce matin parce que je suis en train d’essayer de monter un projet de financement participatif sur Ulule, dont je vous parlerai si je trouve un lieu qui me permette de faire de belles impressions à des couts soutenables pour tous (et pour moi, notamment).

J’ai utilisé les punks en référence à cette série, pour leur capacité créative née de leur révolte. Je trouve qu’il y a beaucoup de violence actuellement, mais je ne vois pas émerger de travaux qui me touchent par leur nouveauté, leur différence, leur créativité. J’aimais aussi cette capacité à investir la rue, espace public, commun, désormais occupé par des finalités marchandes. C’est un peu comme si la rue nous avait été volée, avec un projet dont on ne veut pas.

Aujourd’hui, les magasins sont souvent fermés, les restaurants et cafés également : quel projet avons nous désormais, en ville ? Que proposent les centres villes, dès lors qu’on ne peut plus y faire ce qui était proposé dans la société avant Covid ? Quel vide, désormais … pourquoi ne pas y mettre de la création, pourquoi ne pas proposer sa reconquête, par les arts ?

J’avais envie aussi de plus de donner une place aux différences, tant visuelles que du côté des opinions. Nous sortons de 30 années passées avec le même maire, et les bouches se sont tues, par peur, par besoin de travailler. J’avais l’impression d’une chappe de plomb, d’une impossibilité d’exprimer une opinion contraire, pour confronter les regards, se nourrir de nos différences. J’avais l’impression de chapelles, de micro sociétés, fermées à la diversité, la différence.

J’ai donc décidé de peupler ma ville de ces oiseaux.

L’an passé, c’était des oiseaux du monde entier, qui m’ont permis de rencontrer d’autres personnes du monde entier. La plus belle rencontre fut celle de Maren, à Chicago, qui prend des photos superbes. Par ce biais j’ai eu l’impression de peupler la ville d’étrangers qui n’y sont plus, ce que je regrette, parce que la rencontre avec des gens venus d’ailleurs nous expose à l’altérité. Elle fait Politique, plus que toute autre chose.

En 2021 j’ai décidé qu’ils allaient rire de cette pandémie, et de nos vies. Je les veux légers, poétiques, parce que ça nous manque. Ils sont conçus comme des médicaments contre la morosité ambiante, ce sont des résistants. Ils sont joyeux, moqueurs aussi, on ne se refait pas !

Voilà, j’espère qu’ils vous plairont. J’essaye de faire des cartes postales, parce qu’ils sont vraiment beaux et parce que j’ai envie de les partager. Pour l’instant, vous les trouvez sur ma page Facebook “Miss baba fait ce qu’elle peut”, et sur ma page perso “Aurelia Barraux”, sur instagram (missbabafait) aussi, un peu !

J ‘essaye de faire ça sur Ulule, et je vous raconterai tout ça quand j’aurai réussi ! Vive 2021, on survivra, et de belles choses naitront de cette étrange période !